Info-brève – Actualité – Programme Enfants Témoins

Programme Enfants Témoins

Les études s’entendent sur le fait que les enfants sont spectateurs de nos sociétés actuelles et seront acteurs de nos sociétés futures. C’est pourquoi il est important de mettre en place, dès à présent, les conditions nécessaires pour qu’ils grandissent dans un environnement harmonieux et favorable à leur épanouissement.

Elles reconnaissent donc l’importance d’intervenir en priorité auprès des enfants et de soutenir les initiatives visant à développer des mesures concrètes de prévention, notamment celle liée à la violence conjugale et familiale. La majorité des actions entreprises jusqu’à présent, concernaient les femmes qui en sont victimes et c’est seulement depuis quelques années qu’est apparue la préoccupation d’élaborer des stratégies adaptées pour les enfants exposés et témoins de ces actes de violences. C’est donc dans ce contexte que le Programme Enfants Témoins a vu le jour.

Il est important de signaler que cette notion d’exposition englobe plusieurs réalités :

  • L’enfant peut être un témoin oculaire de la violence subie par sa mère ;
  • L’enfant peut entendre des paroles ou des gestes violents alors qu’il se trouve à proximité ;
  • L’enfant peut vivre les conséquences de la violence sans qu’il ait vu ou entendu des scènes de violences (blessures, pleurs, récits de sa mère, ou encore intervention des policiers)

Comme l’ont souligné, Peled (1997), Eisikovits et ses collaborateurs (1998), l’exposition à la violence conjugale est une expérience complexe qui peut être vécue de 4 façons différentes :

  1. Les enfants vivent avec le secret. Les souvenirs d’événements violents sont scellés dans la mémoire de l’enfant et leurs conséquences perdurent dans la vie quotidienne.
  2. Les enfants vivent des conflits de loyauté. Ces enfants savent que la violence est présente dans leur famille, mais ils sont incapables de prendre position clairement pour l’un ou pour l’autre des deux parents.
  3. Les enfants vivent dans la crainte et la terreur, lorsqu’ils ont pris position pour l’un des parents et que le conflit de loyauté est présent.
  4. Les enfants vivent dans un contexte de domination et d’agressivité. Ils s’associent à l’abuseur en acceptant et en utilisant les mêmes comportements de violence et de contrôle dans leurs relations interpersonnelles.

Ces éléments ont pour conséquences une rupture au sein de la relation mère / enfant(s). En effet, les enfants appréhendent des émotions contradictoires (amour versus haine, attachement versus détachement, proximité versus rejet) à l’égard de l’un ou même des deux parents.

Deux cas de figures sont possibles :

  • Ils peuvent éprouver de l’empathie face à la douleur et à la souffrance de leur mère et de la colère à l’égard de leur père en raison de sa cruauté et de sa brutalité.
  • Ils peuvent ressentir du mépris pour leur mère en raison de sa faiblesse, percevoir ses efforts pour mettre un terme à la violence comme étant la cause de l’éclatement de la famille et prendre le parti du père parce qu’il doit quitter la famille, vivre seul et peut-être même aller en prison (Peled, 1997).

Les conséquences traumatiques, quant à elles, sont nombreuses et variées, tant par leur expression que par leur intensité. Elles sont étroitement liées à la durée d’exposition aux violences conjugales et familiales, à l’environnement social et familial (restreint ou élargi), à la personnalité et à l’âge de l’enfant.

De plus, les enfants témoins de violences sont enclins à présenter davantage de problèmes de santé allant du retard de croissance, aux allergies, aux troubles ORL, aux troubles dermatologiques, aux maux de tête, de ventre, aux troubles du sommeil et de l’alimentation. Ils sont également plus susceptibles à être victimes d’accidents (8 fois plus d’interventions chirurgicales). À cela s’ajoutent des troubles d’adaptation : angoisse de séparation, phobies scolaires,  difficultés d’apprentissage, troubles de concentration, mais aussi des troubles du comportement, irritabilité, hyperactivité (10 à 17 fois plus que des enfants qui ont grandi dans un foyer sans violence).

Le Programme Enfants Témoins s’est fixé comme objectif d’élaborer des ateliers de soutien efficaces pour minimiser les conséquences néfastes, chez les enfants, de l’exposition à la violence conjugale et familiale. Ce programme se présentera sous la forme de 10 sessions dont l’objectif est de briser les non-dits, de mettre des mots sur ce qu’ils ont vécu et de rétablir les liens entre les mères et leurs enfants.

Pour plus d’information nous vous invitons à consulter notre site internet : http://programme-enfants-temoins.org/

Si vous souhaitez vous inscrire, vous pouvez le faire directement sur notre site internet : http://programme-enfants-temoins.org/le-programme/sinscrire/ ou par téléphone au : 647.777.6419 annexe 212.

Source : Lessard, G. et Paradis, F. (2003). La problématique des enfants exposés à la violence conjugale et les facteurs de protection. Recension des écrits. Institut national de santé publique du Québec.

Les commentaires sont fermés