Agir contre les discriminations liées a l’orientation sexuelle et à l’identité de genre

Bien qu’au cours des dernières années, des progrès considérables ont été accomplis en faveur des droits et libertés des personnes lesbiennes, gays, bies et trans (le retrait de l’homosexualité le 17 mai 1990 de la liste officielle des maladies mentales de l’OMS, l’acceptation pour des couples de personnes de même sexe de se marier et d’adopter des enfants, la lutte contre l’homophobie dans les programmes scolaires, …)  malgré un large assentiment favorable, le chemin pour mettre fin à la discrimination des personnes homosexuelles et transgenres est encore long.

Toutes ces avancées ont donné lieu à l’expression ouverte d’une violence extrême alimentée par une haine qui est malheureusement tolérée et ancrée dans les mœurs de nos sociétés. Comme le soulignent Madame Véronique Godet et Monsieur Joël Deumier, vice-présidente et président de l’Association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie, « Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins, à l’un de ces moments où l’histoire hésite. Dans quelle société souhaitons-nous vivre et accueillir nos enfants? Une société dans laquelle la haine d’autrui est tolérée voire encouragée? Une société uniforme, dans laquelle toute différence est suspecte? Une société dans laquelle l’altérité est vécue comme une menace? Un autre choix est possible : celui d’une société ouverte et inclusive dans laquelle les droits et libertés de chacun(e) sont reconnus, indépendamment de son orientation sexuelle ou de son identité de genre, indépendamment de sa différence. Ce temps des choix est le temps durant lequel chacun(e) exerce sa liberté et sa responsabilité ».

Il est donc de notre responsabilité de construire une société ouverte, inclusive et respectueuse ou chacun(e) pourra être, aimer et vivre librement quelle que soit son orientation sexuelle et son identité de genre.

Source : RAPPORT SUR L’HOMOPHOBIE 2017 Lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie.

Les commentaires sont fermés