La population de minorités visibles va doubler au Canada

Gouvernement – Statistiques du Canada 

D’ici 2031, si les tendances démographiques se maintiennent, 47 % des Canadiens de deuxième génération (les enfants nés au Canada de parents immigrants) appartiendront à un groupe de minorités visibles, soit près du double des 24 % observés en 2006. Le pourcentage de personnes de troisième génération ou plus (les Canadiens de naissance dont les parents sont nés eux aussi au pays) appartenant à un groupe de minorités visibles, bien que faible, triplera, passant de 1 % à 3 %.

D’ici 2031, de 29 % à 32 % de la population canadienne — entre 11,4 et 14,4 millions de personnes — pourrait appartenir à un groupe de minorités visibles. C’est presque deux fois la proportion (16 %) et plus de deux fois le nombre (5,3 millions) relevé en 2006. Par contraste, le reste de la population devrait augmenter d’au plus 12 %. L’immigration soutenue, une fécondité un peu plus élevée et la jeunesse de la population favoriseront la croissance des minorités visibles.

Les Sud-Asiatiques, le groupe de minorités visibles le plus nombreux, pourraient représenter 28 % de la population des minorités visibles d’ici 2031 (contre 25 % en 2006). La part des Chinois pourrait baisser passant de 24 % à 21 %, puisque les Chinoises, contrairement aux femmes sud-asiatiques, affichent l’un des plus bas taux de fécondité au Canada. De plus, les personnes nées en Chine sont plus portées à émigrer que les Sud-Asiatiques.

La taille des populations noire et philippine, qui occupaient les troisième et quatrième rangs des groupes de minorités visibles en 2006, doublerait aussi d’ici 2031. Les populations des Arabes et des Asiatiques occidentaux pourraient plus que tripler, ce qui constituerait la croissance la plus rapide de tous les groupes.

Les commentaires sont fermés