Savais-tu que… au Canada?

LES ENFANTS TÉMOINS DE VIOLENCE CONJUGALE

QUELQUES STATISTIQUES (Article réalisé et publié sur le site de la Maison Interlude)

“On estime qu’environ un million d’enfants ont été témoins d’actes de violence commis par leur père à l’endroit de leur mère.”

“Près de 40% des femmes agressées par leur conjoint ont déclaré que leurs enfants avaient été témoins de la violence à leur endroit et, dans bien des cas, la violence était grave.”

“Entre 80 et 90 p. 100 des enfants qui vivent dans des foyers où il y a de la violence envers une femme en sont conscients et cette violence a des conséquences sur eux « qu’ils la voient, qu’ils l’entendent ou qu’ils s’en rendent compte d’une autre façon.”

LES EFFETS ET L’IMPACT DE LA VIOLENCE

La violence conjugale a des répercussions importantes sur les enfants qui sont témoins : problèmes de santé mentale, troubles du développement, isolement, tendance à reproduire les comportements violents.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES SUR LES PLANS SCOLAIRE ET SOCIAL ?

Les enfants victimes de violence conjugale ont généralement des résultats scolaires inférieurs à ceux des autres élèves. Ils risquent par ailleurs d’avoir un taux d’absentéisme plus élevé. Quel que soit leur âge, ils ont parfois des problèmes de concentration parce qu’ils sont préoccupés et angoissés. Ils ont tendance à faire l’école buissonnière plus souvent que les autres. À l’école, ils peuvent être renfermés ou se montrer agressifs.

Les enfants qui vivent dans un milieu violent sont généralement moins sociables que les autres.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES PRÉCISES EN FONCTION DE L’ÂGE ET DU SEXE?

Même à un très bas âge, les enfants sont gravement affectés par la violence. Ils peuvent avoir du mal à dormir, prendre du poids ou pleurer constamment, par exemple.
Les enfants un peu plus âgés sentent souvent qu’ils doivent protéger leur mère et essaient d’intervenir pendant un incident violent.

Quelques études démontrent que les filles qui sont témoins d’actes de violence ont davantage tendance à être renfermées et déprimées, tandis que les garçons dans la même situation tendent plutôt à faire preuve d’agressivité. Cependant, on note ces problèmes chez les garçons comme chez les filles.

Les garçons, surtout ceux qui ont au moins 11 ans, qui s’identifient fortement à leur père peuvent l’imiter en se montrant agressifs envers leur mère et les autres femmes de leur entourage.

Les commentaires sont fermés