L’une d’entre nous

Un peu plus craintive à chaque pas
Bousculée de partout
Elle s’en va dans la ville
Les yeux encore fixés là-bas
Sur cette porte d’où surgissait souvent le soir
L’oncle trop généreux avec la famille
Un peu plus seule chaque jour
Elle avance en zigzag dans les rues
Et cherche en vain à échapper aux inquiétantes mains
Qui depuis la poursuivent sans trêve
Si d’aventure vous la croisez
Ne détournez pas d’elle votre cœur
C’est l’une d’entre nous
Elle s’en va de sa vie
Comme s’achève le jour

Les commentaires sont fermés